Tableau synthèse des rectifications de l’orthographe

 

  1. Rectifications s’adressant au grand public

 

  1. L’usage du trait d’union dans les mots composés
 

Extension de la soudure :

  • croquemitaine, piquenique, quotepart, etc.
  • avec les particules contre, entre : à contrecourant (comme à contresens), s’entredéchirer (comme s’entrecroiser)
  • avec les préfixes latins ou grecs : extra, intra, ultra, supra : extraconjugal (comme extraordinaire)
  • mots composés à partir d’onomatopées : pingpong, tamtam
  • mots composés d’origine latine ou étrangère : cowboy, weekend, statuquo, etc.
  • mots composés sur thèmes " savants " (en o-, etc.) : autoadhésif, cinéroman, etc.
 
  1. Le trait d’union dans les nombres
 

L’usage du trait d’union sera étendu aux numéraux formant un nombre complexe, en-deçà et au-delà de cent. Exemple : il lit la page cent-soixante-et-onze.

 
  1. Le singulier et le pluriel des mots composés
 

Les noms composés formés d’un verbe suivi d’un nom ou d’une préposition suivie d’un nom prendront la marque du pluriel au second élément seulement quand le nom composé lui-même est au pluriel : un perce-neige, des perce-neiges ; un sèche-cheveu, des sèche-cheveux ; un après-midi, des après-midis.

 
  1. Le pluriel des mots empruntés
 

On favorisera l’intégration des mots empruntés en leur appliquant les règles du pluriel du français. Ils formeront régulièrement leur pluriel en s : des matchs, des lieds, des solos, des maximums, des médias, des ossobucos, etc.

 
  1. L’accent circonflexe
 

On ne l’utilisera plus sur i et u, sauf dans :

  • le passé simple (1re et 2e personnes du pluriel) et le subjonctif imparfait (3e personne du singulier) : Nous réclamâmes qu’il prît la parole.
  • cinq cas où le circonflexe permet des distinctions utiles : crû et il croît (verbe croître), (verbe devoir), jeûne, mûr, sûr.
 
  1. Le tréma
 
  • On le placera sur la voyelle prononcée dans aigüe, etc.
  • On étendra son usage à argüer, il argüe, gageüre, etc.
 
 
 
  1. L’accent (grave ou aigu) sur le e
 
  • On munira d’un accent : asséner, réfréner, etc.
  • On modifiera l’accent : allègrement, événement, aimè-je, puissè-je, etc.
  • On alignera sur le type semer les futurs et les conditionnels : je considèrerai, je considèrerais, etc.
 
  1. Verbes en -eler et -eter
 

On les conjuguera sur le modèle de peler et d’acheter : il ruissèle, j’époussète, etc. (exception : appeler, jeter et leurs dérivés.). Leurs dérivés en -ment suivront : ruissèlement, etc.

 
  1. Le participe passé des verbes pronominaux
 

Le participe passé de laisser suivi d’un infinitif sera aligné sur celui de faire, qui reste invariable dans ce cas (même quand l’objet est placé avant le verbe, et même avec l’auxiliaire avoir) : elle s’est laissé séduire (comme elle s’est fait féliciter), je les ai laissé partir (comme je les ai fait partir) etc.

 
  1. Les anomalies
 

Les propositions de l’Académie (1975) seront reprises ainsi que quelques autre séries brèves : asseoir (asseoir), groseiller (groseillier), greloter (grelotter), corole (corolle), doucâtre (douçeâtre), imbécilité (imbécillité), ognon (oignon), etc.

 
  1. Recommandations s’adressant aux spécialistes de la langue
 
  1. Le trait d’union
 

On conservera les principes actuels, qu’on appliquera plus systématiquement. On poursuivra l’action de l’Académie française : suppression du trait d’union de mots bien ancrés dans l’usage et sentis comme unités lexicales. Dans les composés sur thèmes " savants ", on systématisera la soudure.

 
  1. L’accent circonflexe
 

On ne l’utilisera plus dans la création de mots nouveaux, ni dans la transcription d’emprunts.

 
  1. Anomalies dans les emprunts

 

On n’utilisera pas les signes diacritiques étrangers inutiles en français, ou n’appartenant pas à l’alphabet français actuel, et on ne cherchera pas à les remplacer : fuhrer (au lieu de führer), nirvana (nivâna), etc. On privilégiera les graphies les plus proches du français : ouzbek, véto.

Terminaison anglaise -er : on écrira kidnappeur (verbe kidnapper), mais bestseller (pas de verbe correspondant).

 
  1. Dérivés de noms en -an et en -on
 

Dans l’écriture de mots nouveaux, le n simple sera préféré : réunionite, etc.