Contrairement à la constitution élaborée en 1992 par la Conférence nationale souveraine, qui élevait les quatre langues véhiculaires au rang de langues officielles. Retour

 

Pour des textes récents sur les attitudes, l'imaginaire et les représentations linguistiques , voir par exemple Calvet, 1998; Canut (cit. Calvet, 1998); Houdebine, 1997; Gueunier, 1997; Lafontaine, 1997. Retour

 

Il y a 5 sujets de 14 à 20 ans, 24 de 21 à 30 ans, 49 de 31 à 50 et 7 de la tranche d'âge supérieure. On ne dispose pas de l'information pour 2 des témoins. Retour

 

Du point de vue de la scolarité, les catégories les plus nombreuses dans l'échantillon sont les suivantes : 2e cycle universitaire (30), étudiants (22), 6 années de secondaire(15), diplôme d'enseignement supérieur non universitaire (11). Le sujet le moins scolarisé a fait une année d'études après le primaire. Retour

 

L'un des enquêtés n'a pas indiqué sa région ou province d'origine; un autre s'est contenté d'indiquer comme région d'origine le Kivu, ancienne province qui incluait le Maniema, Le Nord-Kivu et le Sud-Kivu avant 1987. Retour

 

12 sujets se refusent à trancher, ne fournissant pas de réponse ou cochant les deux possibilités. Retour

 

Les autres sujets ne répondent pas ou sont indécis. Retour

 

L'espagnol recueille 3 réponses, l'allemand, le chinois sont choisis chacun par un sujet. Deux sujets font un double choix : anglais et français pour l'un, chinois et japonais pour l'autre. Retour

 

Plusieurs sujets, parmi les 87, ont sélectionné différentes propositions, considérant par exemple le français à la fois comme une langue nationale et comme une langue officielle, auquel cas on considère qu'on a deux réponses. Les pourcentages sont calculés sur un total de 137 réponses. Retour

 

La plus grosse partie des choix se porte sur une réponse neutre de ce point de vue, considérant le français du point de vue de son statut juridique : c'est une langue officielle pour 72,4 % des sujets (n=63). Retour

 

Nous avons exclu une mauvaise réponse; deux sujets n'ont pas répondu, deux autres trouvent les deux langues faciles, et un autre les trouve difficiles. Retour

 

Il n'y a sans doute pas à contraster les positions du français et de l'anglais : les différences entre les positions sont imputables à 3 sujets seulement. On notera seulement que lorsque les sujets considèrent l'anglais comme une langue facile, c'est surtout en pensant à sa grammaire, jugée plus souple; quand ils le considèrent comme difficile, c'est à cause de sa prononciation. Assez curieusement, certains sujets invoquent le vocabulaire comme un facteur de difficulté. Retour

 

Un de ces avis contraires consiste en un non restrictif, le sujet considérant que la Francophonie n'est pas de l'impérialisme si on lui enlève l'aspect politique. 2 sujets étaient indécis et 8 n'ont pas donné de réponse. Retour

 

En tout état de cause, si suppression il devait y avoir, certains sujets préconisent qu'elle soit progressive et sans contrainte. Retour

 

Parmi les 8% restants se trouvent des indifférents, des sans-opinion et ceux qui ne donnent pas de réponse précise. Retour