La science occidentale repose sur des procédures réductrices de la diversité notamment parce qu'elle ne prend en compte que la causalité linéaire. La réduction opérée est d'autant plus fondamentale que la démarche vise à la généralisation et à la mathématisation. Les conséquences pour les sciences de l'homme sont la perte ou l'atténuation des références spatio-temporelles, l'élimination des références au sujet et du caractère historique et évolutif de la connaissance scientifique. Aujourd'hui la planétarisation des échanges impose aux spécialistes des sciences de l'homme de repenser le traitement et la gestion de la diversité humaine.