Les concepts et les métaphores de la théorie linguistique contemporaine jouent un rôle important dans la structuration des concepts de droits humains linguistiques. Dans cet article, nous examinons en particulier deux concepts : la « communauté linguistique » et la métaphore de la langue comme « système ». Les locuteurs de langues minoritaires revendiquent des protections de leurs communautés afin d'éviter l'absorption de celles-ci dans la communauté majoritaire. Dans l'acte d'autodéfinition, pourtant, les communautés minoritaires sont obligées de créer un standard de leur langue, ce qui désavantage nécessairement certains groupes de leur communauté. Ce genre de problème est ici illustré par l'histoire de la communauté de francophones dans le territoire de la France actuelle, et l'expansion d'une variété de français septentrional aux dépens d'autres variétés du gallo-roman. En traçant cette histoire, nous considérons l'interaction entre certaines métaphores linguistiques, la mythologisation de la langue par la nation, et les politiques linguistiques de l'État. Ce faisant, nous trouvons que les défendeurs de droits humains linguistiques se servent des mêmes métaphores nécessaires pour la création d'uniformité linguistique, notamment celle de langue comme système clos représentant une conception unique du monde. Afin que le mouvement pour les droits humains linguistiques ne devienne pas un mouvement pour le purisme, répétant ainsi les erreurs de ceux qui prônent l'uniformité linguistique, on doit imaginer une nouvelle conception de ce qu’est une langue, de ce qu'est une communauté linguistique.