planetarisation

Texte basé sur l'exposé du même titre au colloque « Mythes Fondateurs Nationaux et Citoyenneté » (IREP, Montréal, 7-8 Novembre 1996). Finnote.jpg (2185 octets)

 

Ferguson, 1959

L'objectif de FERGUSON (1959) était d'examiner « one particular kind of standardization where two varieties of a language exist side by side throughout the community, with each having a definite role to play » et non les situations dans lesquelles les variétés présentes étaient « two distinct (related or unrelated) languages » . Mais il n'est pas toujours facile de considérer une variété linguistique comme faisant partie d'une « langue » ou comme formant elle-même un système linguistique propre et independant (par exemple, nous pensons au cas de la variété « suisse-allemand »). Et, puisque la distribution fonctionnelle des 'diglossies' persiste dans le temps, il faudrait dorénavant rechercher les causes de cette stabilité et les contraster aux mecanismes qui mènent a la substitution voire extinction linguistique. Finnote.jpg (2185 octets)

 

la vie quotidienne des individus

Comme le dit Walter B. Simon, « in pre-industrial rural and predominantly illiterate societies diverse language groups may exist side by side peacefully while the members of small educated elites perform the functions of government in a shared lingua franca.. Consequently, language was not an issue or a source of tensions in a predominantly rural and mostly illiterate multilingual Europe ruled by an elite that communicated in Latin and later in French » (cité par DION, 1981, p.20). Finnote.jpg (2185 octets)

 

idéologie d'autoprestige

L’un des mécanismes de production du prestige est celui de la « retrospective historicity » par lequel est attribué aux standards  « a glorious past which helps set them apart from less prestigious varieties current in the community » (LODGE, 1993, p.8). Finnote.jpg (2185 octets)

 

processus graduel et intergénérationnel de rapprochement

Par exemple, « en Allemagne du Nord, la langue parlée s’est rapprochée le plus tôt et le plus près de la langue commune. Dans les pays de l’Allemagne du Sud, moins étendus et ethniquement plus homogènes [...] la langue parlée est restée plus dialectale » (RAYNAUD, 1982, p.118). De même pour la France. Lodge remarque: « with the spread of the belief in the identity of language and nationalhood in the nineteenth century, the promotion of the linguistic uniformity according to Parisian norms became a prime duty of citizenship » (1993, p.228). Finnote.jpg (2185 octets)

 

différentiation partielle

C’est ce qui semble s’être produit dans l’évolution historique des parlers de l’Aragon ou de León vers la forme standard orale du castillan du centre de la péninsule ibérique. Et c’est ce qui semble se produire dans le nord de l’Italie où les dialectes tendent à se rapprocher des modèles d’usage linguistique plus ou moins fondés sur le standard écrit. Ainsi, « fusionnent ou s’éliminent des oppositions absentes du modèle écrit, des processus morpho-phonologiques et des structures de mots sont homologués, on substitue de grands ensembles lexicaux et on change des règles et des stratégies syntaxiques lorsqu’elles sont trop éloignées de l’écrit pris pour modèle » (TRUMPER & MADDALON, 1988, p.222). Finnote.jpg (2185 octets)

 

rapprochement des variétés familières traditionnelles vers la variété standard

C’est au cours de ce processus d’adaptation entre structures linguistiques que les locuteurs peuvent tomber dans l’hypercorrection, attribuant au modè le standard des formes inexistantes ou des règles qui ne sont pas pertinentes dans certains cas (PATEMAN, 1987, p.78). Finnote.jpg (2185 octets)

 

représentations cognitives de la situation

Il peut arriver que l’on fasse croire aux locuteurs que leur variété est un dialecte mal parlé d’un certain standard, même si structurellement il appartient à un autre groupe de parlers. Étant donné qu’en principe les individus prennent connaissance de ce qu’ils parlent ou ne parlent pas par les informations qui leur arrivent socialement –-dans leur communauté, l’école, la presse, etc.–-celles-ci peuvent leur faire croire qu’ils sont perçus comme les locuteurs d’une modalité, évidemment peu prestigieuse, plus ou moins proche d’un standard exogène et les inciter à remplacer les vernaculaires par le standard étranger dominant, en situation familière habituelle. Finnote.jpg (2185 octets)

 

« français » les a remplacés

Cela dit, dans le cas français comme dans beaucoup d’autres, le processus est lent et coûteux: « il faudra se rappeler que c’est seulement au XXe siècle, après une longue évolution suivie d’une profonde révolution politique, mais surtout après avoir digéré les fruits de la Révolution industrielle, que les parlers de la majorité des Français sont devenus plus ou moins uniformes, ou au moins intercompréhensibles » (MACKEY, 1994, p. 62). Finnote.jpg (2185 octets)

 

transmission générationnelle

Ninyoles souligne que, durant la deuxième moitié du XIXe siècle et la première moitié du XXe, la mobilité sociale et la substitution linguistique sont des phénomènes liés.« Le changement de langue », nous dit-il, « est le résultat inévitable des changements qui se produisent dans la position sociale des individus et des groupes. Toutefois, contrairement aux époques précédentes où ce changement avait lieu à l’intérieur d’un même niveau social, il s’étend maintenant à divers niveaux: oligarchie des propriétaires terriens, classes moyennes et petite bourgeoisie », et nous ajouterons pour l’époque actuelle qu’il se généralise chez une grande partie de la population urbaine (1978, p.56). Finnote.jpg (2185 octets)

 

« parler valencien, c'est marcher en sabots, parler castillan, c'est marcher avec des souliers »

Les comparaisons évaluatives avec d’autres groupes ou leurs membres individuellement peuvent jouer un rôle important dans l’auto-image d’une personne, surtout si celle-ci se considère comme marginalisée par les autres et (explicitement ou implicitement) « inférieure » à elles sur des points importants. Le phénomène est courant et peut être massif, par exemple, la croyance des Noirs en leur infériorité par rapport aux Blancs (TAJFEL, 1984, p.362 et 364). Selon Merton, « l’individu oriente son comportement en fonction de l’approbation ou du refus de groupes auxquels il n’appartient pas. Les groupes de référence sont des groupes étrangers qui servent d’échelle de valeurs pour l’action individuelle et qui constituent le système de référence dans lequel l’individu évalue son comportement et celui des autres » (cité dans DAHRENDORF, 1975, p.49). Finnote.jpg (2185 octets)

 

pourquoi

On adopte ici le point de vue de Lieberson qui affirme que les causes du bilinguisme et celles de la substitution linguistique peuvent être séparées et distinctes. On dira donc avec lui que « les pressions en faveur ou contre l’acquisition d’une deuxième langue sont au moins partiellement différentes des pressions qui poussent les parents à choisir l’une ou l’autre langue pour élever leurs enfants » (1981, p.130). Finnote.jpg (2185 octets)

 

adopté par le pouvoir politique central et souverain

Le rapport que l’Abbé Grégoire, grand promoteur de la politique linguistique en France après la Révolution, adresse à la Convention s’intitule « Rapport sur la nécessité et les moyens d’anéantir les patois et d’universaliser l’usage de la langue française » (cf. BALIBAR et LAPORTE, 1976, pp.179 et 197, t VIANA, 1995, pp. 275-284). Finnote.jpg (2185 octets)

 

d'opposition

Cela n’empêche pas qu’il puisse se produire un conflit de type social, autour du standard, entre les partisans de la modalité éloignée existante et ceux qui prônent un nouveau standard plus proche des variétés familières actuelles. C’est un peu ce qu’on décèle pour le grec entre les modalités katharevousa et demotiké. Finnote.jpg (2185 octets)

 

intéresse toute l'humanité

C'est pour cette raison que la Déclaration Universelle des Droits Linguistiques (Barcelone, juin 1996) propose la création d'un Conseil des Langues au sein des Nations Unies et d'une Commission mondiale des droits linguistiques non officielle et consultative, composée de représentants des ONG concernées (cf. CONFÉRENCE, 1996). Finnote.jpg (2185 octets)

 

interlangue

« Interlangue » au sens de « langue de communication intergroupes, internations » (note de la rédaction). Finnote.jpg (2185 octets)