La polémique portait sur les mouvements démographiques qui affectaient la confédération avec des mouvements migratoires entre cantons, migration par laquelle les germanophones migrants dans les cantons francophones étaient « romanisés » alors que l'inverse était plus rare pour diverses raisons. Les germanophones se sentaient lésés au bout d'un « solde migratoire » positif pour la francophonie, et les francophones, très minoritaires dans l'ensemble confédéral, se sentaient menacés par « l'invasion germanique ». La guerre de 14-18 fut un moment de haute tension entre les deux communautés qui se suspectaient mutuellement de sympathie pour le camp linguistique « adverse », mais la position de « neutralité » dans le conflit fut consolidée à l'issue du conflit et prépara les bases d'une meilleure cohésion idéologique dans le maintien de la neutralité helvétique au cours de la deuxième guerre mondiale qui renforça les distances prises à l'égard de l'Allemagne par les germanophones. Finnote.jpg (2204 octets)