Le travail se propose de décrire le système de communication sifflée utilisée par les Diola d’Oussouye (Sénégal). On se posera principalement les questions suivantes :

1.Que peut-on dire en sifflant? (Contenu des messages)
Deux catégories de sifflets peuvent être distinguées, les appellatifs, qui correspondent au nom sifflé des individus, et plusieurs dizaines de messages significatifs qui permettent de transmettre diverses significations.

2.Quelles sont les caractéristiques formelles des messages?
La liaison entre la forme linguistique articulée et la forme sifflée des messages est arbitraire; en
règle générale, lorsque les messages sont composés de plusieurs segments, ceux-ci ne sont pas
recombinables en de nouveaux messages.

3.Quelles fonctions remplissent les sifflements?
Les sifflets permettent d'interpeller, d'enjoindre, de formuler des requêtes ou des demandes
d'information, d'apporter des informations, d'injurier, de se moquer, etc. Les messages sifflés
s'inscrivent dans une communication à la fois plus large et plus restreinte que le langage articulé :
d'une part, le sifflement porte plus loin que la voix, d'autre part, code réservé souvent à de petits groupes d'individus, le sifflement est un moyen par lequel les membres des groupes affirment leur solidarité et leur connivence.

4.Comment les sifflets sont-ils appris?
Dans les représentations des Oussouyois, les petits garçons apprennent le langage sifflé aux
pâturages avec leurs pairs; il ne semble cependant pas que ce soit le seul lieu de l'apprentissage.

5.Quelle variation existe-t-il selon les villages?
Les villages proches d'Oussouye pratiquent aussi une communication sifflée, fondée sur les mêmes principes que celle d'Oussouye, mais seuls certains des messages sont communs aux divers villages.

6.Quelle variation existe-t-il selon le sexe?
Si les femmes peuvent recourir à la communication sifflée, et si certaines d'ailleurs la pratiquent
occasionnellement, il s'agit surtout d'une affaire d'hommes : tous les individus mâles ont leur nom
sifflé, mais c'est le cas de quelques femmes seulement; le répertoire sifflé des hommes est par
ailleurs plus large que celui des femmes.

7.Quelle variation existe-t-il selon les classes d'âge?
Les différentes classes d'âge ne paraissent pas disposer du même ensemble de sifflets, soit que des significations, présentes dans certaines soient absentes du répertoire des autres, soit que, pour une signification déterminée, on ait des formes différentes d'un groupe d'âge à l'autre.
Au terme d'une enquête au cours de laquelle on a demandé à des témoins de différents âges de
préciser la signification d'une vingtaine de sifflets enregistrés, il semble bien, comme les Oussouyois en ont le sentiment, que le répertoire des jeunes soit nettement moins étoffé que celui de leurs aînés.

8.Quel est l'avenir de la communication sifflée?
Dans d'autres villages diola, les anciens font état de l'existence, dans le passé, d'une communication sifflée analogue à celle qui subsiste encore à Oussouye. Le rétrécissement du répertoire dans les générations montantes n'incite évidemment pas à l'optimisme en ce qui concerne la manière dont elles pourront préserver et transmettre le code sifflé.

La bibliographie comporte les références d'études consacrées à des langages sifflés ou à la culture diola.