Inventaire

Si l'on tient compte des inventaires de Thomas (1995) et de Huttar (1996), on rencontre un système de communication sifflée au moins chez les peuples (ou dans les régions ou dans les langues) suivants.
  • Afrique de l'Ouest : Attie, Bafia, Bape, Birifor, Burunsi, Bobo, Daguri, Doohwaayo, Ewe, Gbaya, Kabye, Marka, Mwanai, Mofu, Nchumburu, Nyabwa, Tshi, Ule, Wobe, Yakouba, Yoruba (les pays concernés sont le Bénin, le Cameroun, la Côte d'Ivoire, le Ghana, le Nigéria, le Togo); on ajoutera à cette liste les Baïnuk, les Diola et les Manjak (Sénégal).
  • Amérique centrale : Amuzgo, Chinantec, Chol, Kickapoo, MazatPque, Nahua, Otomi, Sahyula Popolaca, Tepehua, Totonac, Zapotèque (Mexique)
  • Amérique du Nord : Taos (USA).
  • Amérique du Sud : Desano (Colombie), Mura-Piraha (Brésil), Siriono (Bolivie).
  • Asie : Chin (Birmanie), Chepang (Nepal), Abau, Bauzi, Binumarien, Gasup, Polopa, Telefol, Tairora, Narak (Nouvelle-Guinée)
  • Europe : Gomera (Canaries - Espagne), Aas (France); Kusköy (Turquie).



    Sénégal

    Carte du Sénégal.

mali.jpg (36846 octets)


Contrairement à ce que l'on observe pour d'autres communautés dotées d'un langage sifflé (Thomas, 1995), le territoire où vivent les Diola n'est pas un terrain accidenté, où les déplacements seraient particulièrement difficiles; c'est une plaine, où alternent rizières, mangroves et forêts; par ailleurs, la population y est relativement dense, contrairement à ce qu'on a noté pour d'autres groupes.