La diversité linguistique que l'on remarque au Mexique a été considérée depuis le début de l'indépendance du pays comme un obstacle à l'unité politique et au développement économique de ce dernier. S'il y a encore de nombreux partisans de ce point de vue, telle n'est pas la position officielle de l'État mexicain qui est passé au cours des dernières années d'une politique d'assimilation linguistique et culturelle à une politique de reconnaissance de la pluralité culturelle du pays au niveau constitutionnel.

L'auteur du présent essai fait un exposé général sur le plurilinguisme au Mexique en tenant compte de plusieurs phénomènes sociolinguistiques, comme : le nombre de personnes qui parlent des langues autochtones, le degré et les modalités du bilinguisme parmi eux, les usages et la fonction de leurs langues, et le rôle que doit jouer la conscience ethnicoculturelle pour le maintien de ces langues.