Cet article réalisé à partir d'une enquête par questionnaires et entretiens porte sur les comportements linguistiques et le devenir des langues issues de l'immigration parmi les communautés d'Asie du Sud en Grande-Bretagne.

Il s'agit de voir en quoi le comportement linguistique est révélateur de la construction identitaire parmi les minorités indo-pakistanaises de la cité de Manchester. La langue est appréhendée en tant que processus psychosocial qui participe de la construction identitaire. Des différences de comportement linguistique sont observées selon le sexe. Insécurité socioprofessionnelle et comportement langagier sont des notions interdépendantes particulièrement dans ces communautés parmi lesquelles la conscience ethnique et linguistique est vive. La langue est un élément central dans les processus de construction identitaire : la langue anglaise pour ce qui est de la réussite sociale, la langue de la communauté pour ce qui est de l'intégration à des réseaux sociaux et linguistiques qui fonctionnent en parallèle. Dans le contexte multilingue de ces communautés, la langue employée ne peut être dissociée de la situation de communication.

Nous traitons dans un premier temps du rapport entre le niveau d'alphabétisation en langue maternelle et le niveau d'anglais puis, dans un second temps, du rapport entre langue de la famille et langue du travail. L'interaction entre les langues en contact est telle qu'il y a émergence d'un code bilingue ou plurilingue syncrétique.

Nous avons constaté dans la plupart des cas que le degré d'alphabétisation en anglais est proportionnel au degré d'alphabétisation en langue maternelle, que la langue maternelle demeure la langue de la famille indépendamment du statut socioprofessionnel et que l'anglais est la langue du travail des plus instruits, intégrés aux deux systèmes culturels et linguistiques qui fonctionnent en parallèle.

Il est clair que les comportements linguistiques sont investis par des relations de pouvoir dont les personnes ne sont pas nécessairement conscientes : le maintien des langues communautaires nous paraît essentiel à la construction identitaire comme l'est la maîtrise de la langue anglaise pour la construction de l'identité sociale au sein de la société britannique.