Nouvel espace politique, économique et professionnel, le Marché commun du Sud (Argentine, Brésil, Paraguay et Uruguay) est également un nouvel espace linguistique et cuturel, lieu de références plurielles. L’idée que le sentiment d’appartenance au Marché commun est contenu en germe dans chaque culture nationale n’est qu’une pure fiction. La résurgence des replis identitaires dans les Etats–membres démontre d’ailleurs que l’identité mercosurienne ne peut être ni universelle, ce qui reviendrait à nier les différences, ni particulière, ce qui contribuerait à les exacerber. On le voit bien, le problème est loin d’être simple. L’issue de cette quête identitaire dépendra de la capacité à ménager une place à la diversité culturelle sans perdre le sens d’une citoyenneté mercosurienne qui soit un lieu d’allégeance commune.