L'autre diversité: des multiples histoires d'appropriation de l'écriture.

La thèse centrale est la suivante: à côté de la diversité linguistique, il faut considérer une autre diversité, celle des usages sociaux de la langue écrite. Je commence par discuter le modèle développé par Goody, et repris par Olson; celui-ci propose une sorte d'évolution ascendante qui part de l'oralité pour arriver jusqu'à l'écriture alphabétique, en lui attribuant des conséquences sociales et cognitives très variées. D'après des recherches récentes dans divers champs, on peut observer une multiplicité des histoires d'appropriation de l´écriture. Je m'appuie sur l'évidence de quelques études, et sur mes propres expériences dans certaines communautés indiennes du Mexique, pour souligner quelques points de ce modèle alternatif, qui permet de lier des histoires particulières aux multiples façons de s'approprier la langue écrite. Finalement, j'en conclus que lorsque l'on considère la langue écrite comme outil, on en aura une image très différente que si l'on la regarde comme une pratique culturelle, insérée dans l'interaction quotidienne qui s'établit dans des contextes très variés dans chaque localité.